La violence est au fondement de l’obstétrique

Naissances © Rebecca Young 2016-7487

On entend de plus en plus parler ces dernières années, disons, depuis environ trois ans, de « violence obstétricale » ou, au pluriel, de « violences obstétricales ». Les choses se sont même accélérées ces derniers mois. Peut-être avez-vous remarqué cet été que la presse s’est emparée du sujet des violences obstétricales après que la Secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa a commandé au Haut conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes un rapport sur les violences obstétricales : Libération, Le Monde, Le Figaro, Ouest-France, Marianne, Elle, L’Express, Radio France, etc.

Une telle mise au jour par les médias d’un problème ancien est inédite. Le sujet était sans doute mûr. Depuis les premières dénonciations de la violence exercée sur le corps des femmes durant l’accouchement (en France, je pense à Françoise Edmonde Morin et son Manuel de guérilla à l’usage des femmes enceintes, publié en 1985, ou à Michel Odent), des décennies se sont écoulées. En tant que « violence obstétricale », le problème a d’abord été conceptualisé en Amérique latine au début du siècle. À la même époque, en France, on revendiquait plutôt une naissance respectée ou à visage humain plutôt que de caractériser l’obstétrique classique comme violente. La violence était certes montrée, dans une accablante description de pratiques obstétricales qualifiées d’inutiles, abusives ou « iatrogènes » (ie qui provoquent des effets indésirables, pathologiques) mais elle n’était point nommée en tant que telle, à quelques rares exceptions près (je pense à Marc Girard et sa notion de « brutalisation »). Il faut admettre qu’en France, à tout le moins, les différentes associations militant pour un accouchement respecté restaient très prudentes dans le choix de leurs mots, sans doute dans un souci, certes louable, d’ « entendabilité ». Le terme « violence » est apparu des centaines de fois dans les discussions informelles, dans les témoignages des femmes ou des hommes. Mais ce terme, considéré précisément comme trop « violent », ne pouvait être retenu pour communiquer sur ce sujet avec le grand public et encore moins si l’on espérait tenter un dialogue avec ceux qui exerçaient la violence en question. Fallait-il en venir aux « gros mots » pour être entendus ?

« Violence », cela n’a pourtant rien d’un gros mot. Comment qualifieriez-vous un acte qui force votre intégrité physique et psychique sans votre consentement et qui présente davantage d’inconvénients que d’avantages ? Pourquoi ce que l’on considère ordinairement comme une violence dans un lieu public devient un « acte médical » dans une salle d’accouchement ? L’explication est dans le mot « ordinaire ». On a coutume de considérer que la violence est manifestée exceptionnellement. Et quand elle est exceptionnelle, elle frappe les esprits, elle se donne en spectacle. Mais si cette violence est parfaitement banale, ordinaire, courante, quotidienne, il est bien plus difficile de la voir. La violence qui a cours dans les salles d’accouchement est parfaitement ordinaire, routinière, mécanique, intériorisée, invisible, silencieuse, comme ces gémissements des parturientes que l’on étouffe à l’aide de péridurales. Alors certes, on entend parfois des « c’est violent » ou « ça fait mal » mais rarement pour qualifier le comportement ou les actes du personnel médical qui œuvre en obstétrique. Les femmes sont en fait conditionnées à l’idée que l’accouchement est soi-disant en lui-même un événement violent, qui se déroule « dans la douleur ». Une violence inhérente, constitutive, inexorable. Comment dans ce cas la percevoir comme inadéquate, injuste, inutile, et contre l’intérêt des mères et de leurs enfants ? Comment la percevoir en tant que violence, c’est-à-dire comme phénomène social et humain, et pas comme phénomène naturel ?

n° 018

C’est pour cette raison que nous préférons la valeur absolue du singulier dans l’expression « violence obstétricale ». Parler de « violences » au pluriel indiquerait que les violences consistent en gestes particuliers ou qu’il y en aurait de différentes natures ou encore qu’elles seraient le fait de quelques individus. Or la violence qui a cours en obstétrique est globale, elle est dans le « hardware » de la machine. Elle n’est pas le fait de quelques individus, d’un style de pratique ou d’une catégorie de gestes. Et il ne suffirait pas de virer les individus problématiques, d’adopter une pratique plus « humaine » (d’où part-on exactement pour dire « plus que » ? « Plus humain », ça peut rester violent) ou éviter certains gestes. La violence est au fondement même de l’obstétrique. Elle se situe dans le geste inaugural de l’obstétrique qui est de se « tenir devant » (du latin obstare) la parturiente, d’intervenir, de faire.

En ce sens, la violence obstétricale est très ancienne, beaucoup plus ancienne que l’obstétrique moderne. Elle émerge au moment même où un individu (qui se croit) investi d’une certaine autorité (liée à l’âge, à l’expérience, au savoir qui est un type redoutable d’autorité) a l’idée saugrenue de poser ses mains sur une femme qui accouche, non pas dans un geste d’amour mais dans un geste intentionnel, formel, un « geste obstétrical ». Les femmes accouchent sous la supervision d’une personne autoritaire depuis des siècles. L’obstétrique moderne a simplement sophistiqué ses types d’intervention au fil des progrès technologiques. Certaines interventions pouvant être salutaires, les autres, indésirables, s’en sont trouvées légitimées.

Que l’invention de l’obstétrique soit un produit d’une culture de domination masculine est évident pour nous mais là n’est pas la question. La question est : saura-t-on comprendre qu’on ne se débarrassera pas de la violence obstétricale tant qu’on ne se débarrassera pas de l’obstétrique en tant que manière d’envisager et de gérer la reproduction humaine ? Si des femmes en couches ont besoin d’une assistance médicale, elles doivent être prises en charge par des médecins qui sont des personnes qui s’occupent de toutes sortes de maladies ou d’accidents pouvant intervenir dans la vie d’un individu. L’ « art » obstétrical n’a pas lieu d’exister car la grossesse et l’accouchement ne sont pas des maladies et n’ont donc pas besoin d’être encadrées de gestes obstétricaux. Sa seule existence induit dans l’esprit des femmes qu’accoucher ne va pas de soi et est donc un événement pathologique, à hauts risques.

Naissances © Rebecca Young 2016-7546

Nous n’avons pas besoin d’obstétrique pour mettre au monde nos enfants, nous avons éventuellement besoin de médecine quand une difficulté majeure surgit. Les femmes n’ont pas besoin d’être dans des lieux spéciaux, avec des personnes spéciales, « sages » ou « sachantes », pour accoucher. Et la sage-femme authentique est une simple femme qui a la qualité précieuse de ne rien faire, à part être présente, disponible, confiante. La naissance est un événement éminemment privé, intime, et les femmes sont éminemment compétentes pour accoucher. Elles le sauraient si elles pouvaient comprendre ce qu’est réellement l’obstétrique et la violence qui est en son fondement.

Lutter contre la violence obstétricale passe inéluctablement par une déconstruction de ses mythes fondateurs (des mythes terroristes résumés dans la formule « accoucher est un problème », problème qui ne concerne évidemment que les femelles humaines), mythes qui entretiennent la peur et donc l’assujetissement des femmes à la gestion sociale (masculine) de la reproduction.

Dinah

PS : Pour finir dans la joie, vous reprendrez bien un peu de La Belle Verte : http://www.dailymotion.com/video/xde500

Naissance à Forges-les-bains en Essonne le 28 janvier

Nous sommes heureuses de vous annoncer qu’une nouvelle représentation de Naissance aura lieu le 28 janvier 2017 à partir de 20h30 à l’occasion de la Journée de la parentalité organisée par la municipalité de Forges-les-bains sous l’impulsion de Marie Lespert-Chabrier, maire écoféministe dynamique et militante de l’écoparentalité et de Daliborka Milovanovic, co-fondatrice de Femmes sauvages et directrice de publication du magazine Grandir Autrement.

C’est une version adaptée de Naissance, plus intimiste, qui sera proposée au public. Nous espérons que vous l’aimerez tout autant que la version classique.

La participation au frais de la représentation est modique : 5 euros au tarif plein et 3 euros au tarif réduit. Les billets peuvent être achetés sur place mais vous pouvez aussi réserver en écrivant à asso.femmes.sauvages at gmail.com

Profitez-en pour découvrir les riches conférences et ateliers de cette journée (par ailleurs gratuite) consacrée à la parentalité éco-cohérente. Nous publierons bientôt un programme détaillé mais nous vous informons d’ores et déjà qu’il y aura des tentes rouges ! (Voir tentesrouges.fr) Merveilleuse expérience en perspective ! :-)))

journee-de-la-parentalte-forges-28-janvier-2017affiche_lecture_naissance_a3_hd

Naissance à Vienne en septembre

Nous sommes honorées de vous annoncer une prochaine représentation des Femmes Sauvages le samedi 17 septembre 2016 à Vienne (38) !

Martine, ancienne sage-femme fondatrice de l’association Bulles de bébés, était venue voir une représentation au Théâtre du Temps, et a choisi la pièce pour le lancement des journées de la parentalités qui seront organisées les 14 et 15 octobre 2016. Merci !

Réservations ici !

8 juin : complet !

Nous sommes fières d’afficher complet pour le 8 juin !

20160520_164323

Il est encore possible de réserver pour le 9 par téléphone au 06 03 72 89 12.

Les photos prises par Rebecca Young ont été publiées ici !

On a du retard sur le montage vidéo du débat mais on vous l’a promis, ça viendra…!

Premières photos de la représentation du 13 mai

La représentation de vendredi a connu un grand succès ! Nous avons pu constater qu’elle suscite toujours autant d’émotions. Quelques photos avant l’album complet dans la rubrique photo.

Bientôt, un retour sur le débat qui a suivi la représentation avec :
– Françoise Bardes, sage-femme libérale et créatrice du lieu-ressource pour les parents « Accueil Naissance »,
– Caroline Cojean, sage-femme au CHU de Nanterre,
– Mélanie Dechalotte, journaliste et réalisatrice d’un documentaire sur les violences gynécologiques,
– Marie-Hélène Lahaye, juriste et journaliste pour le blog « Marie, accouche là »,
– Marie-Line Pérarnaud, sage-femme, fondatrice de l’Observatoire des violences obstétricales et du syndicat des sages-femmes pour l’accouchement à domicile.

 

IMG_3828 IMG_3903 IMG_3971 IMG_4014

En direct de Radio Libertaire

Samedi 30 avril, des Femmes Sauvages rôdaient dans les studios d’enregistrement de Radio Libertaire 89.4 pour y parler de la pièce et de l’association. Bon, au début, on ressemblait plus à des petites filles excitées ! Ici le podcast ! Ça commence à 22 min 30.

Et la fin ici, parce que la première fin n’est pas la vrai fin !

Évidemment, on a évoqué plein de sujets en lien avec la pièce et l’asso : connexion avec la femme « sauvage » en chacune, cette femme libre et affranchies des codes qu’on a toujours cherché à lui imposer ; nécessité de l’information et de la transmission d’expérience pour permettre des choix éclairés et en conscience ; tentes rouges et doulas ; travail artistique de femmes sur un sujet à la fois universel et très intime ; il y a même eu un extrait en direct !!!

On était hyper fières d’être sur Radio Libertaire dans les Jardins d’Orphée, merci Anita !

RadioLibertaire (2)

Je profite de l’article pour apporter une précision : l’animatrice nous a questionné sur le prix des places (au chapeau, gratuit, payant…?). Les espaces qui nous accueillent sont loués ! Ce ne sont pas des mises à disposition gratuites, ni des coproductions. Nous sommes donc obligées de faire payer les entrées. Mais sommes tout à fait disposées à venir jouer gratuitement là où on nous accueillera et fera venir le public.

Oiseau Sauvage

On ne montre pas toujours les personnes qui s’activent derrière pour porter un projet. Mais nous, on vous présente Virginie Sala, notre petit oiseau discret aux multiples talents qui met en scène la pièce version 2016 !

VirginieS_photo

Virginie a également écrit Made in Femina, une performance où la femme est également à l’honneur.

Made in femina visuel

Made in Femina lève le voile sur les étapes importantes qu’une femme vit dans son corps : premières règles, premiers rapports sexuels, maternité, avortement, accouchement… Drôle et tragique, elle touche profondément. La pièce cherche le théâtre qui l’accueillera encore !